Réflexions triangulaires no. 5

J’ai entrepris de taper à l’ordinateur l’intégralité du texte du roman Le triangle d’or de Maurice Leblanc, tel qu’expliqué dans cet article.

J’en suis à 25 798 mots et je me rends compte que je dois maintenant prendre des pauses fréquentes sans quoi je me mets à recopier machinalement, sans plus penser à l’histoire ni à la structure du texte.

Parfois, j’essais de m’imaginer comment je réagirais dans des situations inspirées du roman. Par exemple, si j’apprenais qu’un inconnu collecte des photos de moi, et ce depuis mon plus jeune âge, et que cet inconnu vient vraisemblablement d’être assassiné, comment réagirais-je?

Il me semble que j’aurais un peu peur, mais que je serais surtout très curieuse, et qu’il me prendrait sans doute l’envie d’écrire une histoire à ce sujet. Car il y a, il me semble, dans les vieilles photographies une valeur littéraire intrinsèque.

J’ai récemment visionné plusieurs épisodes de Midsomer Murders, la série télévisée basée sur les romans policiers de Caroline Graham. Dans plusieurs épisodes, une photographie ou une série de photographies devient un élément essentiel à la résolution de l’enquête. Il y a quelque chose de fascinant dans la somme d’informations que peut contenir une image. On peut la regarder pendant des heures sans rien trouver, ou obtenir la clef de l’énigme en quelques secondes. Des fois, il faut agrandir et analyser l’image, comme Deckard dans Blade Runner, tandis que d’autres fois il faut comprendre la portée émotionnelle d’une photographie pour celui qui la conserve. Dans tous les cas, c’est un élément narratif qui en appelle à l’imagination du lecteur, particulièrement lorsqu’il est utilisé dans un texte sans illustrations.

L’écrivain américain Ransom Riggs aime créer des histoires à partir de vieilles photographies. Si vous lisez l’anglais, je vous invite à lire cet article pour en savoir plus à ce sujet et pour observer certaines des photographies dont il s’est inspiré. Si, comme moi, vous êtes particulièrement intrigués par son roman Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, je vous invite à visiter également le site de l’auteur à ce sujet.

Je vous laisse sur ce lien vers une liste d’œuvres littéraires où la photographie joue un rôle important et je retourne recopier Le triangle d’or.

À propos de emerancega

J'ai 23 ans, une collection de cubes Rubik et un amour inconditionnel pour la littérature.
Cette entrée, publiée dans Le triangle d'or, est marquée , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s