Bibliothèque d’incipits : R et S

Je poursuis ma petite « Bibliothèque d’incipits » amorcée ici. Je suis rendue à la lettre R (dans l’ordre alphabétique des patronymes des auteurs).

« À cette heure, Florentine s’était prise à guetter la venue du jeune homme qui, la veille, entre tant de propos railleurs, lui avait laissé entendre qu’il la trouvait jolie. »(Bonheur d’occasion, Gabrielle Roy, 1945)

« Lorsque j’avais dix ans, je faisais partie d’un groupe d’enfants que, tous les dimanches, on mettait aux enchères.
« On ne nous vendait pas : on nous demandait de défiler sur une estrade afin que nous trouvions preneur. Dans le public pouvaient se trouver aussi bien nos vrais parents enfin revenus de la guerre que des couples désireux de nous adopter. »(L’enfant de Noé, Eric-Emmanuel Schmitt, 2004)

« Le roi, ce jour-là, portait une couronne sertie de pierres précieuses et sortie tout droit de son coffre-fort. La couronne scintillait de mille feux grâce aux rubis, aux opales, aux diamants et à l’or, l’argent et le bronze… on aurait dit une couronne olympique.
« Le roi Gustave le Bon portait aussi de longs cheveux bouclés (c’était à la mode), une longue cape et une longue épée. Son regard bleu acier en disait long aussi. Mais sa bouche en disait davantage lorsqu’il l’ouvrait. Son manteau royal au collet d’hermine blanche tacheté (en spécial) de noir avait des reflets bleus. Les franges, par contre, étaient rouge et or. Le reste de la cape allait très bien avec ses sourcils noirs et fournis puisqu’elle était plutôt violette, mais un violet tirant légèrement sur le mauve avec une touche de lilas Pantone 257 – je suis un auteur coloré, on ne se refait pas !
« Son pantalon, coupé et serré au genou par un ruban vert clair, s’harmonisait adorablement avec ses bas des soie blancs, ça va de soi. Et pour terminer cette description, qui ne sert à rien à mes millions de lecteurs daltoniens, ajoutons que ses souliers monarchiques étaient en cuir beige d’Italie importés de la côte d’Azur pour faire plus chic.
« Tout ça pour vous dire que, je ne Couleurssais pas si vous êtes comme moi, mais les looongues, looooongues et ennuyantes descriptions de vêtements ou de lieux avec plein, plein de couleurs qu’on ne comprend pas toujours, ça me tape sur les nerfs optiques, pas vous ? D’autant plus que, plus il y a de couleurs, moins on peut s’imaginer la scène et les personnages, non ?
« Bon, je ne le referai plus, promis. » (L’épingle de la reine, Robert Soulières, 2004)

J’aime bien mettre côte à côte (ligne à ligne?) des incipits appartenant à des genres différents. J’aime le contraste. J’aime sentir que j’ai la liberté de lire ce qui me tente aujourd’hui, que ce soit la quête de bonheur d’une jeune femme, les touchantes aventures d’un enfant pendant la guerre ou… euh… que se passe-t-il déjà dans L’épingle de la reine? C’est un peu comme lire The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy de Douglas Adams : l’histoire globale n’est pas aussi importante que les traits d’esprits de l’auteur, les situations créées et l’originalité de l’humour.

Lequel de ces incipits vous incite le plus à la lecture? J’attends vos commentaires!

À propos de emerancega

J'ai 25 ans, une collection de cubes Rubik et un amour inconditionnel pour la littérature.
Cette entrée, publiée dans Inspiration, est marquée , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s