La vie sur Mars

HeleneGirard

Hélène Girard, éditrice, présentant Marie-Sissi Labrèche et Stéphane Rivard

C’est ce soir qu’a eu lieu le lancement de La vie sur Mars, le nouveau roman de Marie-Sissi Labrèche. Après quelques mots d’Hélène Girard, l’éditrice, puis de Stéphane Rivard, l’organisateur de l’événement, l’assistance a pu découvrir La vie sur Mars grâce à deux extraits lus par des comédiens.

Dans l’histoire, le personnage de Neil fait la lecture, en 2035, des textes écrits en 2009 par sa mère lors de sa grossesse. Le comédien Sébastien Huberdeau a choisi de lire un extrait du roman correspondant à une partie de ce journal de grossesse. Dans l’extrait, écrit à la première personne, la mère s’adresse à son enfant à naître et lui raconte comment elle a rencontré son père, qu’elle appelle « le cosmonaute », soulignant comment, le soir de la rencontre, elle ne parvenait pas à se souvenir de son nom.

MarieCharlotteAubinlecture

Marie-Charlotte Aubin au micro

De son côté, la comédienne Marie-Charlotte Aubin a choisi un extrait lui aussi à la première personne, mais cette fois au présent plutôt qu’au passé. Dans l’extrait, dont l’humour était magnifiquement mis en valeur par Marie-Charlotte Aubin, le personnage de Fédora, la mère de Neil, se plaint des différents changements que subit son corps. Ainsi, elle rapporte : « Mes seins sont immenses. Bientôt ils auront le droit de vote. » Fédora exprime également son intention d’écriture, résumée dans cette phrase : « En fait, je te prépare un album photo mais avec des mots. »

Après ces deux lectures, Stéphane Rivard a questionné Marie-Sissi Labrèche au sujet de son roman. L’auteure, reconnue pour sa plume trash, se serait-elle adoucie? Mère depuis quatre ans et demi, elle explique en riant que ce n’est pas pareil d’écrire en entendant des chansons pour enfants et qu’elle a vieilli depuis l’écriture de ses précédentes œuvres. « C’est tellement demandant, un bébé, que tu ne t’appartiens plus. Pendant longtemps, j’étais convaincue que je ne pourrais pas mélanger les deux. Ma vision de l’écriture était celle de Balzac qui écrit dans sa mansarde, les pieds dans l’eau et en train de crever de faim. Pendant longtemps, la littérature a été pour moi une questioLe lancementn de vie ou de mort. Avant chaque sortie de livre, je devenais dépressive, parce que j’y avais mis tout ce que j’avais. Avec celui-là, je suis moins happée psychologiquement. Il y a plus d’humour. L’enjeu n’est pas le même, » a déclaré l’écrivaine lors d’une entrevue accordée à Samuel Larochelle du Huffington Post.

Où classer ce nouvel objet littéraire, donc? Marie-Sissi Labrèche admet volontiers se servir de sa propre vie comme matière première, déclarant : « Moi, je suis une auteure écologique : je recycle toute! ». Toutefois, son texte est trop éloigné de la réalité pour être une auto-fiction. L’histoire se déroulant en 2035, le roman contient plusieurs éléments de science-fiction, sans pour autant appartenir au genre lui-même. Ce sont « juste des clins d’œil », note l’auteure. En fait, La vie sur Mars est avant tout le récit d’une relation entre mère et fils.

Je vous laisse sur quelques photographies que j’ai prises lors du lancement :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À propos de emerancega

J'ai 25 ans, une collection de cubes Rubik et un amour inconditionnel pour la littérature.
Cette entrée, publiée dans Évènements, est marquée , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s