Calypso

CDrouin_Envoi_Deux_livres_recus

Revoir l’éphémère et Calypso, les plus récents ouvrages de Claude Drouin

En septembre dernier, j’ai eu le plaisir d’assister au lancement des deux plus récents ouvrages de l’écrivain lavallois Claude Drouin et j’ai écrit un article à ce sujet. J’ai ensuite reçu un beau cadeau par la poste : un exemplaire autographié de chacun des ouvrages. Merci M. Drouin!

C’est ainsi que, ce matin, j’ai lu Calypso ou les Tourments d’Ulysse, court roman relatant les répercussions d’une attirance physique pour une adolescente, et d’un jeu avec elle, sur la vie d’un enseignement dans la quarantaine. Le personnage central, Louis Morin, est déjà apparu dans d’autres textes de Claude Drouin, de même que le personnage de François Breton, qui n’intervient pas dans l’histoire mais auquel est attribuée la rédaction de Calypso.

CDrouin_Envoi_Dedicace_Calypso

À Emerance, Une autre façon de raconter la vie en touchant du bout des mots des thèmes qui méritent plus. Claude 16 septembre 2014

Le début du roman explique dans quelles circonstances Louis Morin, enseignant, et Calypso, adolescente de quatorze ans, participent à un jeu dans lequel il se questionnent à tour de rôles, chacun devant répondre à chaque question de son adversaire en pouvant mentir qu’une fois. Le reste de la scène est révélé petit à petit au fil du roman, entrecoupé de scènes ultérieures.

Le jeu avec Calypso, le départ à la retraite, le deuil de Déso, le perfectionnisme, les histoires de poursuite, tout s’entremêle au sein du complexe personnage de Louis Morin, sans pour autant qu’on sente que quoi que ce soit est précipité. Claude Drouin, lui-même enseignant à la retraite, maîtrise bien son personnage.

DrouinGagnelecture

Claude Drouin, poète, et sa compagne Monique Sauvé, photographe

Le jeu auquel s’adonnent Louis Morin et Calypso a quelque chose de poétique et philosophique, tout en apportant un fil conducteur et un peu de suspense à ce roman à la chronologie bouleversée.

Calypso est une lecture courte et agréable parsemée de petites perles, comme celle-ci par exemple : « Il avait toujours eu l’intention d’enseigner jusqu’à un âge vénérable, mais il battait plutôt en retraite à un âge vulnérable ! »(Calypso, page 8)

À bientôt pour un compte-rendu de Revoir l’éphémère, le poétique carnet de voyage de Claude Drouin!

À propos de emerancega

J'ai 25 ans, une collection de cubes Rubik et un amour inconditionnel pour la littérature.
Cette entrée, publiée dans Critiques et commentaires, est marquée , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s