Écrire le sexe – Plaisirs et défis de l’érotisme en littérature

DSCN1026

Guillaume Corbeil, Stéphane Dompierre, Mélissa Verreault et Caroline Allard

Samedi, au Salon du livre de Montréal, les écrivains Guillaume Corbeil, Stéphane Dompierre et Mélissa Verreault se sont réunis pour une table ronde animée par Caroline Allard et présentée par les Éditions La Peuplade et Québec Amérique. Le thème : Écrire le sexe – Plaisirs et défis de l’érotisme en littérature.

Caroline Allard, écrivaine que beaucoup de gens connaissent comme l’auteure des Chroniques d’une mère indigne, n’a jamais écrit de scènes érotiques. Elle se souvient d’avoir essayé, une fois. « Dès que c’est devenu chaud, [le personnage féminin] a vomi, » rapporte-t-elle. Caroline Allard entame donc la discussion en interrogeant ses invités sur les premières fois qu’ils ont écrit des scènes érotiques.

Pour Guillaume Corbeil, dramaturge, nouvelliste, romancier et cousin de la merveilleuse auteure de ce blogue (lire : c’est un génie ; c’est de famille), le premier essai de scène érotique est tout récent. En effet, il n’en avait jamais écrit avant que Stéphane Dompierre ne l’invite à collaborer à son recueil de nouvelles érotiques Nu. « Je ne savais tellement pas où ça me mènerait que je voulais le savoir, » explique Guillaume Corbeil. Une des difficultés qu’il a rencontrées a été le choix des mots pour décrire l’anatomie et les actes sexuels. « C’est très très troublant, parce que tous les mots viennent avec beaucoup de connotation, […] de connotation littéraire. […] J’étais paralysé, » explique-t-il, remarquant qu’il a plus de pudeur par rapport aux mots qu’ils emploie que par rapport aux situations et actions qu’il met en scène. ErotismeSalon03Pour contourner le problème du choix des mots, il préfère demeurer dans l’évocation, écrivant, par exemple : « Il se toucha à travers son jean. » Mélissa Verreault fait remarquer qu’ainsi, il évite également les répétitions de mots.

La romancière, nouvelliste et blogueuse Mélissa Verreault a plus d’expérience que Guillaume Corbeil en matière d’écriture de scènes érotiques. En effet, son roman Voyage léger, publié en 2011, en contenait. « Dans chacun de mes livres, il y a [au moins] une scène de sexe, » dit-elle, précisant que l’érotisme n’est pas présent dans toutes ses scènes de sexes. Elle cite en exemple une scène de fellation le nez bouché dans L’angoisse du poisson rouge.

Quant au chroniqueur, scénariste et écrivain Stéphane Dompierre, il a écrit à de nombreuses reprises des scènes érotiques. Il était curieux de savoir comment certains autres écrivains traiteraient la chose, et c’est ce qui l’a poussé à leur demander de collaborer au recueil Nu. En plus d’avoir dirigé le recueil, il y signe une nouvelle NUintitulée Animal social. Dans cette histoire futuriste, le sexe est partout et l’amour est tabou. Il explique que l’idée d’une société où la pornographie est diffusée partout, dans les transports en commun par exemple, lui est venue un soir où, de passage à Rimouski, il est entré dans une discothèque où, à sa grande surprise, un film porno était diffusé sur un grand écran. Plus tard dans la même soirée, il est allé dans une boîte où un chansonnier était sur scène… avec un film porno projeté derrière lui! Ainsi, la société hyper-sexualisée qu’il décrit n’est peut-être pas si lointaine de la nôtre… « Comme disait Paul Piché, couchez oui, couchez non! » s’amuse à dire Stéphane Dompierre, (en référence à la chanson Cochez oui, cochez non interprété -et coécrite- par Paul Piché, un chansonnier bien connu au Québec). Stéphane Dompierre croit qu’il est important que, dans la littérature, les scènes érotiques soient toujours accompagnées d’un propos. Il raconte comment il a s’est ennuyé en lisant les œuvres d’Anaïs Nin ainsi que Fifty Shades of Grey d’E.L. James, qu’il considère comme un assemblage de scénettes érotiques sans réel propos. Il est fier d’avoir pu partager, au moyen de son recueil Nu, des textes érotiques différents de ce que l’on peut déjà trouver sur le marché.

Quant à vous, chers lecteurs, avez-vous récemment lu des textes érotiques? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires!

À propos de emerancega

J'ai 25 ans, une collection de cubes Rubik et un amour inconditionnel pour la littérature.
Cette entrée, publiée dans Évènements, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

2 réponses à Écrire le sexe – Plaisirs et défis de l’érotisme en littérature

  1. Geneviève dit :

    Je pense que d’autres gérants de blog Web auraient bien besoin de prendre ce blog comme un idéal, car son look parfaitement propre et le contenu est très génial, convivial et généreux. vous êtes un expert dans cette thématique !

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s